Il est de ma ferme conviction que les grands leaders doivent posséder un cœur généreux. Contraire à ce que certains pourraient croire, ces hommes et ces femmes n’agissent pas par naïveté ou par faiblesse, ce sont des personnes très confiantes et connaissantes. En investissant dans une personne ou à dans un organisme, ces leaders généreux montrent de façon tangible qu’ils croient dans le potentiel de cette personne ou dans la mission et au progrès de l’église ou de l’organisme choisis. Lorsque des dirigeants généreux partagent leurs ressources, ils inspirent fidélité, soutien, engagement et un sens de la communauté. Ils disent concrètement que ce n’est pas la durée de leur vie qui compte, mais le don qu’ils en font.

Une attitude et un esprit généreux n’ont rien à voir avec la « quantité » des ressources dont vous disposez, mais résident plutôt dans « la gérance» de ces possessions. La vraie question n’est pas : « que ferai-je si je fais beaucoup d’argent ? »  Mais bien : « qu’est-ce que je fais avec mes ressources actuelles ?

L’Évangile de Luc chapitre 12, Jésus raconte l’histoire d’un agriculteur gourmand en rappelant à ses auditeurs que leur vie n’est pas définie par leurs possessions terrestres. En voici le récit: « Les terres d’un homme riche avaient beaucoup rapportées. Il raisonnait en lui-même, disant: Que vais-je faire? En effet, je n’ai pas de place pour rentrer ma récolte. Voici ce que je vais faire, se dit-il: J’abattrai mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y amasserai toute ma récolte et tous mes biens, et je dirai à mon âme: Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour de nombreuses années; repose-toi, mange, bois et réjouis-toi. Mais Dieu lui dit: Homme dépourvu de bon sens! Cette nuit même, ton âme te sera redemandée, et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il ? »

L’enseignement que Jésus veut faire ressortir c’est l’avarice de cet agriculteur.  Il avait eu une récolte abondante et avait décidé de tout garder pour lui-même. Ses anciennes granges se trouvant trop petites, il en construit de plus grandes et, son plan de vie consiste à se retirer et à faire la fête pour le restant de ses jours. Mais sa vie se termine plus vite qu’il l’avait anticipé et il se retrouve devant Dieu. Bien vite, il prend conscience qu’il avait beaucoup de trésors avec ses récoltes entassées dans ses granges, mais qu’il avait très peu investi dans les valeurs éternelles. Il s’était tellement concentré sur lui-même, qu’il se retrouva spirituellement en faillite pour l’éternité. Il avait échoué dans la gérance de ses biens parce qu’il n’avait jamais développé un esprit généreux ; il n’a donc jamais eu la joie de partager les ressources qui lui avaient été confiées.

L’avarice fait partie de la culture de notre monde qui en veut toujours plus. En écoutant les nouvelles, je suis toujours surpris de constater la quantité de personnes prêtes à « vendre leur âme » par des pratiques contraires à l’éthique simplement pour en posséder davantage. En tant que leader chrétien, les valeurs bibliques m’incitent à la générosité.  Je suis pleinement conscient d’être l’intendant et non le propriétaire des ressources à ma disposition.

Pensez à cette affirmation faite dans la lettre de 1 Timothée 6:7 « En effet, nous n’avons rien apporté dans le monde et [il est évident que] nous ne pouvons rien emporter. »  En effet, si nous n’avons rien apporté dans le monde et que nous ne pouvons rien emporter, cela équivaut à ne rien posséder. Ce qui revient à dire que je suis un intendant au service de Dieu pour tous les biens en ma possession.

Voici quelques suggestions pour vous aider à pratiquer la générosité :

1) Ne tenez pas le compte de ce que vous donnez.  Un cœur généreux ne tient pas compte de ce qu’il donne pour obtenir un retour. Lorsque vous gardez les comptes, ce n’est pas « un don » que vous faites, mais plutôt un « prêt. » Donnez dans le but de bénir et non en vue d’obtenir quelque chose en retour.

2) Donnez de vous-même pas seulement de votre argent.  Offrez votre temps et votre énergie de manière sacrificielle. Certains donnent quelques dollars à l’église ou à un organisme caritatif pour soulager leurs consciences. L’argent ne remplace ni notre service ni l’investissement de notre temps et de nos dons dans le Royaume de Dieu. Soyez généreux de votre personne. 

3) N’attendez pas la prospérité avant d’être généreux.  Matthieu 12 : 40-43, raconte l’histoire d’une pauvre veuve qui donne quelques centimes. Elle n’a pas attendu d’être riche afin de donner de son excédent; elle a donné sacrificiellement de son nécessaire.

4) Recherchez des raisons de donner régulière.  Les grands leaders trouvent des raisons pour exercer la générosité.  Ils cherchent constamment des organismes auxquels donner afin de contribuer en améliorant le bien-être de leurs semblables.  Ils sont sans cesse à l’affût de moyens pour répondre aux besoins des plus vulnérables et de faire de ce monde un meilleur endroit où y vivre.

5) Trouvez des personnes en qui vous pouvez ajouter de la valeur.  Presque tous les jours dans mon travail, je me pose la question : « En qui puis-je investir aujourd’hui ? »   John C Maxwell, l’un des plus grands formateurs en leadership au monde nous propose de suivre ces simples règles afin de valoriser les autres :

a) Traitez tout le monde avec respect.

b) Augmentez votre propre valeur en vous développant continuellement.

c) Faites ce qui a de la valeur aux yeux de Dieu : Puisqu’Il aime d’un amour inconditionnel, faisons-en faire autant.

Les leaders confiants dans leur leadership ont suffisamment de latitude pour être généreux en autonomisant les autres et oui, … il y a un retour.  Ce retour est rarement de nature financière;  par contre, vous pouvez vous attendre à récolter de l’engagement, de la joie, de la croissance et un environnement de générosité. Cette attitude de générosité génère un cycle vertueux parce que les gens font ce qu’ils voient.

Question de mentorat : Notez une étape que vous pouvez franchir dès aujourd’hui afin de modéliser la générosité dans votre quotidien.

Share This